Santé mentale: les demandes d’aide des médecins en forte hausse

La pandémie a durement éprouvé les médecins qui ont été un peu plus de 2000 à faire appel au Programme d’aide aux médecins du Québec (PAMQ) du 1er juin 2020 au 31 mai 2021, soit une hausse de 28% par rapport à l’exercice précédent. Et cette tendance s’accélère depuis cet été.

Par Mathieu Ste-Marie

Dévoilé cette semaine, le plus récent rapport annuel de l’organisme fait état d’une année entière de pandémie. En comparaison, dans le précédent rapport, la pandémie avait sévit seulement sur les trois derniers mois.

Cette forte augmentation est principalement due aux demandes d’aide individuelle qui sont passés de 679 à 850 en 2020-2021. « Les médecins qui nous consultent ont plus d’un problème à la fois, observe la Dre Marie-Chantale Brien, directrice de l’intervention, de la prévention et de la recherche au PAMQ. Par exemple, dans les dernières années, ils pouvaient seulement consulter pour un problème conjugal et c’est tout. Maintenant, ils nous consultent pour un problème conjugal, une plainte, un épuisement professionnel. Les médecins conseils ont la perception que les situations pour lesquelles les médecins nous consultent sont plus complexes ».

Aux différents motifs de consultation, s’ajoute la pandémie qui accentue les problèmes vécus par les professionnels de la santé. « La crise sanitaire a eu des conséquences sur la surcharge de travail, mais maintenant, il y a le défi de perdurer dans la pandémie. Les médecins ont la sentiment de ne pas voir le bout, un peu comme la population en générale ».

Plus d’appels des médecins de famille

« Il est difficile de dire hors de tout doute que cela est dû à la situation actuelle, mais c’est certain que les quotas de patients, les nouvelles mesures, le ton du gouvernement ont un impact sur la santé mentale des médecins de famille », souligne la Dre Marie-Chantale Brien.

Par ailleurs, le rapport révèle que les interventions de groupe en milieu de travail ont profité à deux fois plus de personnes cette année (122 contre 62). Ces interventions visent principalement à venir en aide à des équipes qui traversent une période difficile, soit en raison d’un conflit, soit à la suite d’un événement dramatique susceptible de causer de la détresse psychologique, soit encore à des fins de consolidation d’équipe.

De son côté, le nombre de demandes pour aider un collègue est resté sensiblement le même (89 par rapport à 88 l’an dernier).

La tendance s’accélère

Le téléphone n’a pas dérougit au PAMQ. Depuis juin dernier, le programme enregistre une augmentation de 16 %, un pourcentage qui pourrait grimper dans les prochains mois, croit la Dre Brien. « Il y a eu les mois d’été qui sont un peu moins occupés. Donc, le 16% ne reflète sans doute pas l’augmentation que nous allons enregistrer à la fin de l’année (fiscale). Ça sera encore plus élevé ».

D’ailleurs, les deux derniers mois ont été extrêmement occupés. En fait, le PAMQ n’avait jamais eu autant d’appels de médecins. Le PAMQ a dû embaucher deux médecins conseils supplémentaires pour répondre à l’importante demande.

Notons que les médecins-conseils consacrent en moyenne cinq heures à l’accompagnement d’un médecin.

Article paru le 1er décembre 2021 sur ProfessionSanté.ca